Mon Voyage Intérieur

« Si voyager est, depuis un certain temps, un luxe accessible (mais luxe quand-même), c’est devenu depuis mars 2020 une sinécure, une illusion. Un souvenir d’un temps passé dont on ne sait pas quand il reviendra.

Car, de toute façon, il reviendra, mais il reviendra comment ? Et comment serons-nous lorsqu’il sera à nouveau là ? Beaucoup de personnes se posent cette question depuis longtemps. Pas moi.

Mon voyage a commencé il y a 48 ans. J’étais dans le jardin de notre maison familiale en bord de mer en Toscane, près de Pise. A l’époque, je passais mon temps dans une cabane que mon grand-père avait construite pour nos jeux avec ma sœur. Une fois c’était mon château, mon navire en pleine tempête ou bien mon vaisseau spatial…et mon agence de voyages. Je m’inventais des paroles en anglais et je rêvais de faire voyager mes doudous et mes petits soldats de plomb à travers le monde. J’avais 8 ans et déjà je voulais être agent de voyages.

Je suis un homme chanceux car ce n’est pas donné à tout le monde de réaliser son rêve d’enfance. Moi je l’ai fait. J’ai réalisé mon rêve. Ce rêve est devenu mon métier il y a 34 ans. J’ai voyagé à travers le monde entier, j’ai vécu pour des périodes plus ou moins longues dans plusieurs pays, je parle ou me fais comprendre dans plusieurs langues et j’ai des amis dans les 5 continents.

Aujourd’hui, à cause de ce maudit virus, je ne prends plus si souvent l’avion, mais mon voyage continue encore et toujours. Proust disait que le seul véritable voyage d’expérience, n’est pas d’aller vers d’autres lieux, mais d’avoir d’autres yeux. C’est donc ce que je fais. Je voyage sans sortir de chez moi. Je ne voyage pas vers d’autres lieux, mais avec d’autres yeux.

Les derniers mois ont mis à mal des nombreuses certitudes chez chacun d’entre nous. Nous avons été bloqués pendant très longtemps. Encore aujourd’hui, il est très compliqué et contraignant de pouvoir partir. Alors, faute de pouvoir monter dans un avion, j’embarque à bord de mon imagination et je pars. Je pars dans mes souvenirs de voyage, je me remémore des moments forts de mes pérégrinations. Je repense aux personnes que j’ai rencontrées, qui ont croisé mon chemin depuis tout ce temps, ne serait-ce que pour un court instant, peut-être juste le temps d’un regard, mais qui sont restés dans ma mémoire pour ces mystères de l’intellect humain qu’il est difficile d’expliquer. A Salvador de Bahia, Istanbul, La Havane ou Samarcande.

Des gens dont je ne connais pas le nom, que je n’ai jamais revu et que je ne reverrai jamais mais qui ont contribué, le temps d’un instant, à faire de moi l’homme que je suis aujourd’hui.

C’est un long, intense, magnifique voyage intérieur que je fais depuis mars dernier. Un voyage qui m’a porté au plus profond de moi-même : qui m’a plongé en abîmes par moment, qui m’a fait voler jusqu’au nuages et encore plus haut à d’autres instants, et qui n’a jamais, jamais, oh jamais, été banal ou ennuyant.

J’ai découvert des choses sur Fabio que moi-même j’ignorais. J’ai trouvé une force incroyable d’affronter toutes les intempéries dont le destin a paré mon chemin. Cette pandémie a voulu me tuer mais au final, c’est moi qui ai gagné.  Oui, quoi qu’il arrive, j’ai gagné, déjà. J’ai gagné car cette période m’a permis de faire un voyage que je n’aurais probablement jamais effectué si nous n’avions pas eu en cadeau ce temps qui nous a été offert pour nous arrêter de penser à nos vies, à nous-mêmes, aux gens qui nous sont proches et que parfois, courant dans nos trains-trains quotidiens bien occupés et un peu dingues, nous ne voyons pas.

Comme nombreux d’entre nous, j’ai perdu beaucoup de choses depuis quelques mois : un beau travail qui m’était promis, de l’argent…mais bien plus nombreuses et importantes sont celles que j’ai (re)trouvées : des nouveaux amis, de la conviction en mes idées, en mon potentiel inexploité dont je ne soupçonnais même pas l’existence et l’ampleur. J’ai retrouvé le goût doux et enivrant des choses importantes de la vie. Des choses qui ont du sens, qui apportent du sens à nos journées et à nos semaines, passées confinées à ne rien faire d’autre que penser à soi. Et à voyager, en soi.

Beaucoup d’entre vous probablement ne comprendront pas ce que je veux dire et ce que je peux ressentir en ce moment. Ils me prendront pour un doux dingue ou bien pour quelqu’un de prétentieux, ou encore pour quelqu’un totalement déconnecté de la réalité et qui rêve de sa vie. Ce n’est pas si grave. Ce qui serait grave pour moi, ce serait d’avoir trahi les rêves et les espoirs de l’enfant de 8 ans que j’étais quand je jouais dans mon jardin.

Ce serait de passer mes journées à marmonner et ne rien faire de constructif de mes journées. De ne plus avoir l’envie et la force de rêver, d’imaginer tous mes beaux voyages à venir, soient-ils réels ou intérieurs.

Je souhaite à chaque personne qui aura eu la patience et l’envie de me lire jusqu’ici, d’arriver un jour, si ce n’est pas encore fait, à réaliser ce beau magnifique voyage à la découverte d’elle-même. De cet enfant qui sommeille encore en nous à tout âge mais que par manque de temps nous nous gardons trop souvent de réveiller pour jouer 10 minutes avec lui. Essayez, vous verrez c’est moins compliqué de ce que ça en a l’air.

C’est un merveilleux voyage que vous faites sans sortir de chez vous, mais qui, je vous garantis, vous emmène plus loin que n’importe quel avion. »

Publié par fabiofromparis

Italien et parisien, mon coeur bascule entre les deux terres de ma vie, la France et l'Italie. Ma passion est dépuis toujours l'écriture: ce blog se veut une manière personnelle d'assumer et d'assouvir cette passion. Petit à petit vous y trouverez des poèmes comme des coups de gueule, des nouvelles comme des billets, tout ce qui est en relation à l'écriture et mes envies et humeurs du moment. Un blog illogique et anarchique d'un père de famille avec ses rêves, ses idées bien affirmées, ses convictions et ses faiblesses...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :